Loup Y Es-tu ?!

Libre, bienveillant, plein de partages de nos points de vues sur la Vie, notre époque si spéciale, nos chemins de vie particuliers, ... Ici, le rire et la sagesse se sourient, ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'éloge de la fausse note : Marc Vella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 782
Date d'inscription : 07/07/2009

MessageSujet: L'éloge de la fausse note : Marc Vella   Mar 25 Mar - 23:30

L'éloge de la fausse note

eloge-de-la-fausse-note-2277762.jpg


Marc Vella est pianiste itinérant depuis 25 ans. Il a choisi de quitter l'enfermement des salles de concert pour aller à la rencontre du monde et partager avec les autres. Son piano l'accompagne toujours, véritable sésame qui permet d'ouvrir la communication avec autrui, peu importe notre langage, notre culture. Il nous enseigne dans cet ouvrage que le génie n'est pas réservé à une poignée d'élus. Nous sommes tous des créateurs et nous pouvons tous jouer une musique magnifique, composée de toutes ces fausses notes qui nous rendent aimables, humains, la musique de notre vie. Par des références à de nombreux auteurs, des anecdotes de vie personnelle et des jeux de mots permanents, Marc Vella nous fait écouter sa musique, la poésie de sa vie, un écho de la nôtre...



Mettre l'amour partout est un projet fondamental, exponentiel, permettant l'émergence dans la joie de ce que nous sommes. Il est la clé du grand éveil, la voie menant à la haute conscience...



La voie qui vaille d'être suivie est celle que notre coeur nous indique. Tout le système éducatif ne devrait se préoccuper que de cette évidence : éveiller le coeur de nos enfants, être à l'écoute de ce qui émerge enfin et se mettre au service de ce qui les fait vibrer.

La révélation du Soi est absolument fondamentale car elle nous réconcilie avec nous-mêmes et les autres, elle nous éveille, nous donne envie d'aller plus loin...



Le musicien a besoin de silence pour créer et vivre sa musique.



La personne a besoin de silence pour rejoindre sa source profonde, là où demeure son imaginaire se trouve le lien secret qui la relie au grand mystère...

Faire silence, c'est se relier à l'amour.



Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, notre la peur la plus profonde est que nous sommes tout-puissants au-delà de toute limite.

Nelson Mandela



Lorsque le pouvoir de l'amour dépassera l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix.

Jimi Hendrix



Par résonance, j'attire des événements qui vont alimenter ce que je nourris intérieurement... L'univers est un miroir incroyable où tout se reflète dans tout. Inévitablement il me renvoie ce que je pense, ce que je crois, ce que je défends.

Lorsque nous vivons, de la même manière que nous jouons d'un instrument, soyons doux, ne frappons pas les touches brutalement mais choisissons de les caresser, et écoutons l'amour qui émane de notre musique. Quand l'écoute rejoint la méditation, la personne ne joue pas, elle prie. Nous sommes alors témoins de l'être qui se dénude et nous le voyons faire l'amour avec le grand tout. L'expression « faire l'amour » est faible, en réalité nous voyons l'être s'unir avec ce grand Tout jusqu'à s'y fondre.



Celui « qui sait » aime rarement les fausses notes. Celui « qui ne sait pas » est plus près du mystère, plus apte à recevoir l'immensité bouleversante de nuances et de subtilités incroyables. Celui « qui ne sait pas » est plus près de Dieu que certains érudits imbus de leur personne.



Notes repères qui êtes aux cieux...



Il existe des notes repères sur lesquelles on peut s'appuyer et se retrouver, tout comme il y a notre Soi sur lequel on peut s'appuyer et se retrouver quand on se sent perdu... Une musique, sans l'assise qu'offrent les notes repères, devient informelle, vide de sens et de consistance. Dès que l'assise est là, la musique se structure de facto et raconte quelque chose. Si une personne n'a pas pris contact avec son Soi, c'est le néant existentiel qui crée la souffrance. Il est donc crucial de l'amener à se connecter à cette réalité.



Nous sommes tous de l'or pur...



Nous passons notre vie à chercher un résultat alors que nous sommes le résultat. Nous sommes déjà transmutés mais nous ne le savons pas. Nous sommes tous de l'or pur, mais nous l'avons oublié. Nous nous sommes tant et tant salis les uns les autres avec nos regards, que nous avons recouvert cette réalité jusqu'à ne plus la voir.



Aimer l'autre, c'est avant tout servir son bonheur.



Nous nous côtoyons les uns les autres, mais nous sommes tellement emmurés dans nos schémas, peurs et croyances, qu'il y a le plus souvent entre nous des murs et des barreaux. Le mariage tel qu'il se fait aujourd'hui enferme les gens dans une bulle factice et illusoire de la princesse à sauver et du prince charmant, qui coupe littéralement les époux du reste du monde et génère à plus ou moins long terme individualisme, mal-être, étroitesse et ennui.



Je veux savoir si tu prends le risque de passer pour un fou au nom de l'Amour, de tes rêves et de l'aventure qu'est ta vie. Je ne suis pas intéressé à savoir si ce que tu me dis est vrai. Je veux savoir si tu es prêt à décevoir les autres pour rester vrai avec toi-même et si tu peux supporter d'être accusé de trahison et ne pas trahir ton âme.

Le Rêveur d'Oriah



Le jour où je me suis aimé tel que je suis, avec mes insuffisances, ma vie changea radicalement. L'accueil inconditionnel de soi sauve et libère.

L'amour de soi est ce centrage qui permet de ne plus se perdre dans des attentes vaines vis-à-vis de l'autre. L'amour de soi nous amène à rectifier le tir, à faire le ménage si nécessaire...



Je crois à cet homme neuf jusque dans ses cellules, animé d'une conscience emplie de joie et d'humilité, capable de transformer toutes ces inévitables fausses notes de la vie que sont peurs, souffrances, ombres et doutes en merveilleuse musique...



La vie ne cesse de nous le répéter : aime, chante, danse, toujours, quoi qu'il arrive, ne désespère jamais, car rien n'est jamais fini, tout n'est que transformation perpétuelle.

Seul l'instant présent compte, avec lui nous sommes dans le nouveau sans cesse renouvelé. C'est la définition même de l'éternité. Si nous sommes dans l'instant présent, il n'y a plus de place pour la mort, car à ce moment-là nous sommes profondément vivants, en lien avec la grâce.



Pour finir, Marc Vella nous livre douze clés menant à soi :

- l'écoute du silence

- la grâce, qui est là pour nous à chaque instant

- l'intention d'amour dans tout ce que nous faisons

- la conviction et l'ouverture au nouveau

- l'acceptation de l'amour qui nous est offert

- la discipline douce et ouverte à l'inattendu

- la délicatesse

- le cadre souple

- l'incarnation

- la bienveillance, l'empathie, la patience et la confiance (BEPC)

- le sacré

- la pleine puissance



Faites des fausses notes, sinon votre musique ne sera qu'ennui.


J'ai eu la grande joie de rencontrer Marc Vella lors du festival de la spiritualité qui a eu lieu à Trimurti du 22 au 24 Juin 2012. A cette occasion, il a raconté une anecdote magnifique que je choisis de vous retransmettre ici :

Aux Etats-Unis, un jeune homme voulait intégrer une bande de jeunes caïds, et la condition pour ce faire était de tuer un innocent dans la foule. Le jeune homme s'exécuta et le malheur tomba sur un petit garçon qui fut tué. Le jeune homme fut arrêté et, comme il était mineur, il écopa de cinq ans de prison ferme. Lors du procès, la mère du petit garçon qui avait été tué était présente. Quand la sentence fut rendue, elle regarda le meurtrier de son fils droit dans les yeux et lui dit : "Je vais te tuer".

Durant les cinq années qui suivirent, le jeune homme ne reçut pas de visites, sauf de la mère de ce petit garçon qu'il avait tué. Elle lui apportait à manger, des livres ou un peu d'argent, régulièrement. A sa sortie de prison, le jeune homme se retrouva seul, sans amis et sans famille, et encore une fois, seule la mère du petit garçon fut présente et lui dit : "Que vas-tu faire maintenant ? Tu n'as pas de travail, pas de famille, nulle part où aller. Si tu veux, j'ai un oncle qui cherche un ouvrier dans son entreprise. Je pourrais parler de toi, et tu pourrais loger chez moi, dans l'ancienne chambre de mon fils".

Ainsi fut fait. Le jeune homme alla travailler tous les jours, et rentrait dîner tous les soirs avec cette femme qu'il avait tant fait souffrir. Un soir, alors qu'ils étaient à table, la femme poussa l'assiette brusquement, regarda le jeune homme droit dans les yeux, et lui dit : "Tu te souviens, lors du procès, quand j'ai dit que j'allais te tuer ?" Le jeune homme lui répondit : "Je n'oublierai jamais ce moment".

Alors la femme lui dit : "Eh bien voilà, je t'ai tué. Tu n'étais qu'un meurtrier, un voyou sans avenir. Maintenant te voilà un homme respectable, tu as un travail, tu es honnête et droit. J'ai tué le monstre en toi".

Puissions-nous faire preuve d'une telle compassion quand nous croyons rencontrer un monstre sur notre chemin.

http://sacree1ouverture.e-monsite.com/pages/lectures/ecrits-spirituels/l-eloge-de-la-fausse-note.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loupyestu.forumactif.com
 
L'éloge de la fausse note : Marc Vella
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aidez-moi s.v.p Fausse Marc Antoine ??
» Sasmira
» Cover Maitre Gims - J'me Tire By Sinedd.
» NAVIGATEUR "OPERA"! fausse note! >>
» compa moro de ma composition,a part la fausse note dite moi vos critique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Loup Y Es-tu ?! :: Votre 1ère catégorie :: Loup Y Es-Tu ?! :: Présentations :: Mes sages, messages...-
Sauter vers: